Le Baromètre de la diversité et de l’égalité analyse la représentation de la diversité à l’écran. Il s’agit de prendre une « photographie » en un « temps t » de la représentation de cette diversité. À quelle réalité du monde la représentation de la diversité à l’écran renvoie-t-elle ? Le Baromètre repose sur une hypothèse sociologique qui considère que la télévision contribue à la construction de nos représentations du monde, tout autant que nos représentations alimentent les images que nous propose la télévision. Trois Baromètres ont été publiés de 2011 à 2013. Le CSA a relancé une nouvelle édition en 2017.

 

Une nouvelle mission confiée au CSA

Ce Baromètre s’inscrit toutefois dans un nouveau contexte. En effet, le décret du 2 juin 2016 a modifié le décret coordonné du 26 mars 2009 sur les Services de Médias Audiovisuels en vue de renforcer l’attention sur l’égalité entre les femmes et les hommes. Il confie au Collège d’autorisation et de contrôle du CSA, la mission de participer à la réalisation d’une analyse périodique relative à la représentation équilibrée des femmes et des hommes, d’encourager la diffusion des bonnes pratiques en matière de lutte contre les stéréotypes sexistes et d’émettre, s’il échet, des recommandations spécifiques. La relance du Baromètre s’inscrit dans le cadre de ces nouvelles missions confiées au CSA par le législateur. Par ailleurs, comme nous sommes convaincus de l’utilité sociale de ce Baromètre qui participe à mettre la question de la diversité et de l’égalité à l’agenda des politiques publiques, de la régulation audiovisuelle et des médias, nous avons poursuivi l’analyse des cinq variables de la diversité étudiées précédemment (genre, origine, catégorie socio-professionnelle, âge, handicap) au-delà de nos obligations décrétales en matière d’égalité femme-homme.

Programmes mais aussi la communication commerciale

Le Baromètre 2017 comprend deux versants :

– l’analyse des programmes produits ou coproduits par les éditeurs de services actifs en Fédération Wallonie-Bruxelles, dans la continuité des trois précédentes éditions du Baromètre ;

– l’analyse de la communication commerciale sous l’angle de la représentation des genres. Nous posons la question de savoir si un rôle social est « assigné » aux personnages de la communication commerciale en fonction de leur sexe. Dès lors, existe-t-il des stéréotypes de genre mais aussi d’éventuelles reconfigurations dans la représentation des identités de genre ? Nous avons développé une grille d’analyse spécifique pour ce second versant du Baromètre et déployé une étude approfondie sur un corpus plus restreint. Rappelons que la communication commerciale était exclue précédemment du Baromètre.

 

 

Corpus

Plus de 17 heures de contenu de communication commerciale a été analysé. Au total, 2756 spots ont été visionnés : 2168 rediffusions et 588 publicités “individuelles”. 1723 intervenant.e.s ont été encodé.e.s.

S’agissant des programmes, 644 heures de contenu a été analysé et 82.961 intervenant.e.s ont été encodés. Quatre chercheurs ont travaillé simultanément à la mise en œuvre de ces deux versants du Baromètre. Celui-ci sera présenté courant 2018.

 

Baromètre des programmes :

– 644 heures et 03 minutes visionnées et encodées ;

– 82.961 intervenants répertoriés et encodés ;

– 23 chaînes actives en FWB ;

– du 11 au 17 mai 2017.

 

Baromètre de la communication commerciale : 

– 17 heures visionnées ;

– 2.756 spots visionnés ;

– 588 spots individuels encodés ;

– 1.723 intervenants encodés ;

– 14 février, 1er mars, 18 mars de 18h à 22h.