Deux mille dix-sept a été une année extrêmement riche pour le CSA, tant du point de vue de son rôle régulatoire que du point de vue des études et analyses produites par ses services.

En audiovisuel, trois événements majeurs ont mobilisé le CSA : l’arrivée de TF1 sur le marché publicitaire belge, la décision du Collège d’autorisation et de contrôle d’à nouveau traiter les plaintes relatives aux services télévisuels de RTL-TVi et le nouveau contrat de gestion de la RTBF pour lequel le CSA a été auditionné au Parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles.

Vous lirez dans les pages qui suivent les détails relatifs à ces trois dossiers ; ils indiquent que l’institution a souhaité utiliser au mieux ses compétences régulatoires et contribuer de manière constructive au débat démocratique sur l’avenir de notre paysage audiovisuel.

Un des faits saillants de ce rapport annuel est également l’augmentation des plaintes traitées par les services du CSA, phénomène qui illustre, au-delà de certains dossiers emblématiques, à la fois la reconnaissance de l’institution par le grand public et le fait que nos concitoyens sont très attentifs à l’équilibre du paysage audiovisuel qui est le leur.

En 2017, le sujet de l’égalité entre les femmes et les hommes a pris une dimension médiatique particulière à la suite de l’affaire dite « Weinstein » et a rappelé que les principes d’égalité et de respect des droits des femmes restaient des combats à mener par toutes et tous, tant au niveau individuel qu’au niveau institutionnel.

Le CSA entend prendre toute sa part dans ce débat.

D’abord parce que le Parlement lui a confié, en 2016, une mission de réaliser une analyse périodique relative à la représentation équilibrée des femmes et des hommes, d’encourager les bonnes pratiques et d’émettre des recommandations. Ensuite, parce que le Bureau du CSA, renouvelé en novembre 2017 pour un terme de cinq ans, souhaite faire de cette thématique une priorité de son mandat.

Notre volonté est de contribuer positivement à ce que la diversité et l’égalité restent des valeurs fortes, au centre des préoccupations de tous les acteurs de notre paysage audiovisuel.

Au moment où vous lirez ces lignes, d’autres dossiers importants auront suivi leur cours, nous l’espérons avec fruit : l’analyse de marché de la radiodiffusion télévisuelle et le nouveau de plan de fréquences radio.

Pour clore cette courte introduction, nous souhaitons à la fois remercier le Bureau sortant et son Président, Dominique Vosters, pour le travail effectué au cours des cinq années écoulées et vous assurer que le CSA restera cet organe indépendant au service du public et des professionnels de l’audiovisuel.

Le Bureau du CSA

 

Téléchargez le Rapport annuel 2017 du CSA